Ricardo Guadalupe

Date: 20 Jan 2015
Catégorie: Innovation
CEO de HUBLOT
1/2
2/2

Ricardo Guadalupe, 49 ans, a été nommé CEO de Hublot le 1er janvier 2012. Cette nomination a fait de lui le successeur désigné de Jean-Claude Biver, dorénavant Chairman of the Board de Hublot. Elle consacre aussi toute une carrière dans l'horlogerie suisse, et une collaboration fidèle de plus de 20 ans avec Jean-Claude Biver, avec des résultats exceptionnels comme la renaissance de Blancpain et le développement fulgurant de Hublot, deux marques qui rivalisent avec les plus grands noms de l'horlogerie.

D'origine espagnole, Ricardo Guadalupe est né en Suisse à Neuchâtel le 5 mars 1965, où il a grandi et suivi toute sa scolarité dans cette région considérée comme le berceau de la Haute Horlogerie Suisse. Après avoir obtenu sa maturité, déjà animé de la fibre entrepreneuriale, il intègre une École de commerce suisse avant de partir aux États-Unis en Californie pour suivre un cursus à l'université de Los Angeles (UCLA). En 1988, il est alors âgé de 22 ans. Diplôme en poche et une expérience américaine couronnée de succès, il décide de rentrer en Suisse pour rejoindre le monde professionnel. L'horlogerie sera son choix, une passion nourrie année après année depuis son plus jeune âge à Neuchâtel.

Il entre alors chez Bulgari comme Product Manager. La société est déjà un grand nom, mais est encore une petite structure à Genève pour ce qui concerne ses activités dans l'horlogerie. L'occasion rêvée d'apprendre, de s'initier à tous les aspects des affaires : création, design, production, approvisionnement, développement d'un réseau de distribution, marketing… Au total, ce sont sept années qui lui auront appris la connaissance du produit, l'aspect traditionnel du métier, tout en développant la sensibilité esthétique du design et de la création, « italian touch » oblige. Ainsi, Ricardo Guadalupe participera au développement de cette activité en devenir du groupe et à son transfert stratégique de Genève à Neuchâtel.

En 1994, c'est sa rencontre avec Jean-Claude Biver, décisive pour la suite, qui l'encourage à rejoindre Blancpain. La marque vient d'être rachetée deux années plus tôt par le Groupe Swatch. Tout est à reconstruire, à remettre en état de marche. L'aventure promet d'être belle et offre à Ricardo Guadalupe une nouvelle opportunité de nourrir sa fibre entrepreneuriale. L'expérience se révélera très enrichissante, notamment en termes de connaissances techniques des mouvements, de leur création, de leur développement et de leur production. Un aspect essentiel du métier. C'est aussi le début de 20 années de collaboration et d'amitié fidèle avec Jean-Claude Biver. Nommé en 1997 Directeur International des Ventes et du Marketing de Blancpain, il quitte en 2001 une entreprise forte de plus de 100 millions de chiffre d'affaires, après y avoir passé 8 années.

La même année, fort de ces différentes expériences complémentaires, et dorénavant capable de mettre en place des principes de fonctionnement et un système de travail performant, il devient consultant indépendant dans l'horlogerie et se voit proposer le développement des montres Léonard. Nouvelle problématique : la production et le positionnement de montres en franchise. Dans un nouvel univers : celui de la mode. Il mènera à bien le lancement et la commercialisation de différents modèles dans un secteur fortement concurrentiel.

Trois ans plus tard, en 2004, Jean-Claude Biver décide de reprendre la direction de Hublot. Il appelle Ricardo Guadalupe à venir le rejoindre pour relever ce challenge. La tâche est ambitieuse : en résumé, il s'agit de réveiller et de développer cette marque pour passer d'une production de 90 % de montres quartz à 90 % de montres mécaniques. Il n'hésite pas une seconde. La marque créée en 1980 ne représente à l'époque que 25 millions de francs suisses de chiffres d'affaires et une petite trentaine d'employés. La suite est plus connue : Jean-Claude Biver et lui mettent ensemble tout leur savoir-faire et leur talent au service de Hublot.

En l'espace d'une seule année, soit en avril 2005, ils réussissent le tour de force de lancer un chronographe révolutionnaire : la Big Bang, bien à l'image du concept de la marque « l'art de la fusion ». Dévoilée au salon BaselWorld 2005 et désignée comme « Best Design of the Year » au Grand Prix d'Horlogerie de Genève la même année, la montre rencontre un succès immédiat. Les récompenses s'enchaînent. Hublot en tire un dynamisme extraordinaire et une croissance exceptionnelle. Jean-Claude Biver et Ricardo Guadalupe furent véritablement à l'origine de la renaissance de cette marque, voire même de sa naissance si l'on considère aujourd'hui le chemin parcouru : la croissance économique de l'entreprise pour commencer, puisqu'en quatre ans le chiffre d'affaires est passé de 25 millions à plus de 200 millions de francs suisses en 2008, année où la marque est vendue à LVMH. La croissance a également été physique avec l'inauguration en novembre 2009 en présence de Bernard Arnault d'une nouvelle manufacture high-tech à Nyon sur les bords du lac de Genève. 6000 m2 sont dédiés à l'art horloger, au développement, à la création et à la production de mouvements tels que l'UNICO, un chronographe à roue à colonnes et de grandes complications horlogères tels que tourbillons, la répétition minutes, le mouvement Anticythère, le mouvement « La clé du temps », la célèbre La Ferrari (seule au monde à assurer 50 jours de réserve de marche) etc. Toujours soucieux de faire de Hublot une entreprise à l'avant-garde dans la recherche des derniers matériaux high-tech et de sauvegarder les savoir-faire de pointe, l'entreprise se dote aussi d'une véritable fonderie qui produit le Magic Gold, un or 18K inrayable présenté fin 2011. La même année, Hublot rachète l'entreprise suisse Profusion spécialisée dans la fabrication de composants en fibre de carbone. En 2013, Hublot présente en première mondiale une montre élaborée avec de la céramique rouge vif.

Côté marketing, la constance et la cohérence de Jean-Claude Biver et de Ricardo Guadalupe sont tout aussi remarquables que leur goût pour bousculer les idées reçues comme l'illustre aussi leur stratégie : « Aller là où le client potentiel se trouve ». Ils ont ainsi été les premiers à introduire une marque de luxe dans l'univers du football. En 2008, Hublot devient « Official Timekeeper » de l'EURO. En 2010, la marque devient le premier historique « Official Watch » et « Official Timekeeper » de la FIFA et de la Coupe du Monde de football (du Brésil en 2014), juste après avoir été choisie comme « Official Watch » et « Official Timekeeper » de Ferrari. Ces deux coups de maître offrent à Hublot une visibilité mondiale exceptionnelle.

Hublot a également créé un club sélect d'amis et d'ambassadeurs qui va au-delà du sport, tous de véritables légendes vivantes dans leur domaine, avec lesquelles la marque travaille main dans la main dans de nombreuses opérations menées en faveur d'organisations caritatives : l'homme le plus rapide de la planète, Usain Bolt, le Bayern de Munich, la Juventus de Turin, l'Ajax d'Amsterdam et le Paris Saint-Germain pour n'en citer que quelques-uns dans le domaine du football, la famille Senna avec l'Instituto Ayrton Senna, le prestigieux Musée Océanographique de Monaco présidé par S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, Dwyane Wade et l'équipe du Miami Heat championne du NBA, Kobe Bryant avec les Los Angeles Lakers du NBA, Maria Riesch et Dario Cologna pour le ski, Depeche Mode et Jay Z dans le domaine musical. La marque soutient aussi le polo et le golf au travers de compétitions, « car le lien, c'est le partage. Si vous ne partagez pas, vous vous appauvrissez. La chance sourit à Hublot qui se doit donc de partager une partie de son succès ».